UPCOMING EXHIBITION: Palais des Beaux Arts / Group show OCTOBER 2016 / Commissariat Alexia Fabre

Mazal> /Performance/Installation>

La fresque fait plusieurs mètres de haut, arrivant presque au plafond de l'atelier. Vouée à disparaître une fois le diplôme présenté, elle consiste essentiellement en une peinture murale à base de craie et d'acrylique. Plusieurs couches, plusieurs schémas ornementaux et symboles forts, sacrés ou profanes, évidents ou cryptiques, couvrent sa grande surface invitant le regardeur non seulement à la contemplation mais aussi à une certaine lecture de l'image. Au centre cosmique de la fresque, autour duquel s'articule l'univers graphique de Daniel Assayag, on distingue l'Aleph hébraïque et le svastika indien. Ces éléments culturels et mystiques, ainsi que l'ensemble des symboles appliqués, sont ici désinvestis de leur dimension religieuse afin de composer une mythologie personnelle. Le chant de sa bar-mitzvah, écrit en marocain, se marie aux textes linguistiques de Roman Jakobson et à la Chahada, la profession de foi islamique. Ils feront également l'objet d'une performance de chant donnée devant la fresque par l'artiste en personne. Le dernier cercle se divise en plusieurs mots-clés qui semblent se lancer vers l'espace extérieur. Des notions fortes, souvent ambivalentes, comme inertie, fièvre, sincérité, grâce et sensualité, indiquent ici les tensions fondamentales entre l'individu et le monde. Daniel Assayag, tel un gnostique contemporain, nous rappelle que le destin des hommes et la trajectoire des astres ne sont que les manifestations nuancées du même phénomène.


Makis Malafékas
Gathered Photographs> /Photography>
image01 image02 image03 image04 image05 image06 image07 image08

Portfolio/ 2015>

image01 image02 image03 image04 image05 image06 image07 image08

Tumblr PHOTO



EXPOSITION BEAUREPAIRE 2016 Acceder aux photos.